Newsletter

Partager avec d'autres...

Nos témoins phares

Craig Kielburger
Craig Kielburger
Albeiro Vargas
Albeiro Vargas
Sandra Sanchez
Sandra Sanchez
Malala Yousufza
Malala Yousufza
Cris Valdez
Cris Valdez

Tous les êtres humains naissent libres et égaux

en dignité et en droits.

Ils sont doués

de raison et de conscience

et doivent agir

les uns envers les autres

dans un esprit de fraternité. 

Les Droits de l'Homme

Autres citations & textes

ARCHIVES: série 2

Commentaires : 17 (Discussion fermée)
  • #1

    AC (lundi, 23 avril 2012 23:02)

    Bonjour Olivier, Véronique, Audrey,

    Je voudrais vous remercier pour votre engagement dans l'association des Jeunes pour la paix comme animateurs. J'ai passé trois années extraordinaires et très enrichissantes grâce à vous. Ces années ont été riches en rencontres grâce aussi à tous les jeunes pour la paix. J'ai acquis de l'autonomie, une ouverture aux autres et une envie constante de changer le monde. Je continuerai sans aucun doute ce que vous avez initié en m'engageant dans des associations. Mais je sais que ces années avec les Jeunes pour la paix laisseront une trace. Je souhaite vivement que cette association perdure et se développe pour que d'autres jeunes puissent vivre ce que j'ai vécu. Merci encore. AC

  • #2

    Laurent (samedi, 05 mai 2012 22:17)

    Durant les 3 jours pour la paix , nous avons effectué le dimanche 15 avril une maraude pour partir à la rencontre de SDF. Cette journée a été particulièrement enrichissante dans la mesure où nous avons réalisé que la dignité humaine n’avait aucune limite et que toute personne y avait droit. Durant cette promenade ; nous avons été confrontés à une diversité humaine qui reflète cette diversité qui existe au sein de notre humanité : nous avons aussi bien rencontré un ancien ingénieur qu’un vieillard nostalgique de Pétain ; que des bulgares et un letton. La joie a été principalement le fait d’apporter de la chaleur humaine ; devant des personnes qui souriaient et étaient heureux par le fait que nous leur apportions du café , que nous leur discutions , nous sentions qu’ils retrouvaient de la vitalité par le simple fait que nous leur redonnions de la dignité en discutant avec eux. Nous avons aussi appris à ne pas être naïfs et que même au sein des plus démunis , toutes les personnes recontrées ne sont pas « sacro-saints » : nous avions croisé un roumain qui ne jouait pas le jeu , qui n’était pas accueillant et qui s’intéressait uniquement à l’argent que nous avions dans les mains, en cherchant pas tous les moyens de nous persuader de lui donner. Il n’en demeure pas moins que cette journée est enrichissante puisqu’elle nous a forcé à sortir des normes sociales qui repoussent les plus démunis , et parce qu’elle nous a forcé à partir à la rencontre d’autrui malgré nos différences. Espérons que ces échanges se reproduiront un jour.

  • #3

    Ibrahim NJEIM (dimanche, 06 mai 2012 13:55)

    Vraiment plaisant de lire ces témoiganges et encourageant de voir qu'il y a des jeunes qui pensent aux autres (personnes âgées, isolées, sans-abris,...).
    Espérons que ça soit 'contagieux' le plus largement possible dans notre société.
    Merci les jeunes d'avoir accepté de nous former, nous adultes. Surtout ne désespérez pas...

  • #4

    Christopher (dimanche, 06 mai 2012 14:42)

    En début d'année, je me suis engagé pour commencer un club de débat appeler les 'MONU' (Mini ONU'. Le but était de faire des débat comme il le font a UNESCO ou au siège de l'ONU a New York. Chaque élève devient un délégué représentant un pays spécifique. Dans le débat, l'élève ne partage pas sont avis personnel, mais celui du pays qu'il/elle a choisi. C'est un moyen d'enchérir nos connaissance sur de différents pays tout en nous amusant et en débatant de vrai sujet qui affect le monde et qui sont débatus a UNESCO. (Ex: Le Sida dans le monde, les effets de l'immigration sur les pays...).
    A l'origine, je voulais suivre la démarche parlementaire qu'ils aplliquent a UNESCO, mais faute de personnes présentes aux réunions MONU, nous n'avons pas pu faire comme je souhaitait, mais a la place nous avons fait un débat 'normal' tout en parlant des idées de notre pays.
    Au final, le proget MONU n'a pas décolé come je le souhaitait, mais il nous a permit de nous instruire sur des problems qui affectent le monde, et de faire un bon débat. Une évolution du projet est-elle a venir? Nous vérons l'année prochaine!
    Christopher

  • #5

    Martin (dimanche, 13 mai 2012 18:35)

    Dans le cadre des « 3 jours pour la paix », les lycéens et les troisièmes sont partis faire une petite maraude dans Paris.
    Nous étions répartis en deux groupes de cinq. Arnaud, Enguerrand, Laurent, Gabriel et moi composions l’un des deux groupes. En haut du boulevard Saint Michel, nous avons rencontré un SDF de 60 ans qui a perdu son travail suite à la délocalisation de son entreprise en Chine. Il a l’espoir de toucher bientôt sa retraite. Après lui avoir offert un café et quelques gâteaux, nous poursuivions notre route lorsque nous rencontrâmes un autre sans-abri âgé nous disant : « j’ai vécu sous Pétain et j’en suis fier ». Il continua à vanter le régime de Vichy tout en accusant la Vème République jusqu’au moment où il se mit à tenir des propos racistes. Nous décidâmes alors d’aller à la rencontre d’un autre SDF. A Saint Sulpice, nous rencontrâmes un letton avec son chien et un bulgare nommé Antoine. Laurent demanda à Antoine s’il avait connu la Bulgarie quand elle était communiste. Antoine, qui parlait mal le français lui répliqua : « communiste pas bien, pas bien » et interrogea Laurent sur son origine. Sachant qu’il était chinois, il lui expliqua : « toi communiste, nous démocrate. Communistes pas bien, démocrates bien ». Il rajouta même son avis politique, en pleine campagne électorale malgré qu’il ne puisse pas voter : « Sarkozy pas bien, partir, partir, partir ». Nous leur avons offert du café. Le letton nous demanda si nous avions une tente pour dormir mais nous n’en avions pas. Le dernier sans-abri que nous avons rencontré était lui aussi étranger et ne parlait pas bien français. Nous lui proposâmes du café et des gâteaux mais au moment où il nous a vu manipuler l’argent de l’association, il expliqua : pas coffee, argent ». Nous préférâmes de ne pas lui en donner. Nous allâmes au rendez-vous à Notre-Dame.
    Ce fut une belle expérience d’aller à la rencontre des SDF dans les rues de Paris. Même si nous n’avons pas été pour eux d’un grand secours, tous montraient qu’ils étaient heureux de discuter avec des jeunes qui s’intéressaient à eux. Je pense que même en voyant passer des centaines de personnes, les sans-abris doivent se sentir seuls. Rares sont les gens qui s’intéressent eux. Cette indifférence se traduit-elle par une exclusion de la société ? Une chose est sûre : le nombre de SDF qui retrouvent un logement après plusieurs années passées dans la rue est très faible.

  • #6

    Matthieu (vendredi, 01 juin 2012 18:43)

    J'ai 15 ans. Je suis allé dans les restos du cœur pour rendre service. Mais au début les responsables ne voulaient pas parce que j'étais trop jeune. J'ai insisté et une personne de la mairie m'a soutenu: elle intervenue auprès des responsables nationaux. Finalement, je n'ai pu faire l'expérience qu'une fois car les horaires tombaient sur mes cours du mercredi matin. Mais cette expérience m'a beaucoup marqué. A noël, j'ai aidé les bénévoles à distribuer des cadeaux aux inscrits du resto. Cela m'a fait découvrir le monde du bénévolat d'une autre façon, et j'ai vu quelle volonté devaient avoir les bénévoles pour maintenir la discipline! C'était une expérience formidable.

  • #7

    marie (jeudi, 28 juin 2012 19:25)

    Juste un mot pour les nouveaux 6ème JP. En lisant les témoignages des grands, vous devez penser que les actions aux JP, c'est super dur, faut tout diriger, faut s'arranger avec les autres pour les horaires, etc. Enlevez vous ça de la tête! Réaliser un projet, ce n'est pas juste pour prouver qu'on appartient aux JP! C'est le moyen de vous faire plaisir et surtout de faire plaisir aux gens à qui vous rendez un service, Et puis souvent vous vivez une expérience inoubliable! Bon bien sûr, parfois, il y a échec et alors vous pensez que vous avez tout raté, que ce que vous avez fait n'a servi à rien. Par exemple, avec 5 amis, on était allé dans la maison de retraite que dirige mon oncle. Nous avons fait un concert et avons parlé pendant une heure avec les personnes âgées. 6 fois, j'ai voulu recommencer l'expérience mais à chaque fois, je m'y prenais trop tard et tout tombait à l'eau. A la fin j'ai arrêté de les harceler, mais je m'en souviendrait quand même! Alors que je ne suis qu'en 5éme (Bon plus maintenant vu que c'est les vacances). Et puis demandez à Frère Olivier ( Frog pour les intimes), mais rappelez-lui souvent ...Bon courage!

  • #8

    jeunespourlapaixantony (mercredi, 19 septembre 2012 09:34)

    L'année débute vite: un groupe de terminales vont rencontrer des personnes âgées dès samedi 22 septembre! Citation « Si nous voulons bâtir un avenir de paix, nous devons tous y jouer un rôle personnellement. J’engage tout un chacun, à réfléchir à la façon dont il peut contribuer. » déclare Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée Internationale de la Paix du 21 septembre.

  • #9

    Corentin (mercredi, 17 octobre 2012 14:41)

    Une marche de refus contre la misère a été organisé du Croisic (ville de Bretagne) jusqu'à la place du Trocadéro à Paris et a rassemblé plus de 60 personnes .
    Etant en étude d'hôtellerie - restauration, je me suis porté volontaire pour faire le dîner des randonneurs .
    Après avoir mangé, certains marcheurs sont venus discutés avec moi et j'ai été surpris de l'âge que certains avaient : j'ai parlé avec un monsieur qui avait 78 ans, une dame de 60 ans, ...
    J'ai trouvé très impressionnant le fait que des personnes âgées arrivent encore à se déplacer si bien.

  • #10

    Juliette (samedi, 27 octobre 2012 18:28)

    Je reviens juste d'une des activités des 3 jours pour la Paix :
    Avec trois amies nous étions chez Emmaüs à Palaiseau. Nous avons triez le linge (dons) qui arrivait par énorme paquet ^^
    Nous étions avec quatre jeunes du service civique, c'était une activité Super BIEN. J'attends impatiemment les autres activités !!!!

  • #11

    Pierre (dimanche, 28 octobre 2012 15:36)

    Hier nous sommes allés à Emmaûs Longjumeau avec 5 amis lors d'une activité de 3 jours pour la paix. Un monsieur très gentil nous a présenté l'association et nous l'avons aidé à déserber leur jardin.
    J'ai pas regrété d'avoir l'aché mon ordinateur car c'était une super journée!

  • #12

    Pierre (lundi, 29 octobre 2012 20:04)

    Moi aussi je suis allé à Emmaüs Longjumeau samedi. On nous avait dit que nous devions aider à des travaux de manutention. Sauf que la responsable pensait que nous avions entre 16 et 18 ans, nous devions donc déblayer des tas de feuilles et couper des arbres. Ce n'était bien sûr pas possible, nous étions trop jeunes! Nous avons dons désherbé le jardin des compagnons après avoir visité l'installation. A 15h30 nous sommes entrés à l'intérieur et avons nettoyé les plinthes, les tables et les chaises du réfectoire. Nous sommes partis vers 17h15. Cette expérience nous a permis de découvrir l'organisation du magasin et l'histoire d'Emmaüs. Nous avons aussi un peu contribué à la vie des compagnons.

  • #13

    Claire (mardi, 30 octobre 2012 18:08)

    J'ai participé à l'activité de Lundi. Le matin, un monsieur est venu nous présenter le projet "Voisin-Age" mit en place par les petits frères des pauvres. C'était super intéressant. Ensuite, je suis allée avec Charlotte, Paul-Eric et les deux Pierre dans une maison de retraite. On a mangé avec les personnes agées, puis on les a aidées à jouer au scabble géant. J'ai beaucoup discuté avec une dame très gentille qui s'appelait Michelle. C'était génial. Je suis aussi allée à la journée détente de Dimanche et j'ai regardé le film "même la pluie". C'était super bien.

  • #14

    Alain (samedi, 01 décembre 2012 18:22)

    Le samedi 24 novembre à 14h jusqu'à 18h , j'ai participé à la banque alimentaire faite par le Rotary Club Antony-Sceaux. Je devais mettre des aliments dans différentes boites en fonction de l'alimentation (liquide, pour les bébés,...). Cela était enrichissant d'un point de vue personnel.

  • #15

    GLAIZE Olivier (dimanche, 16 décembre 2012 18:22)

    Nous sommes à deux pas de l'Eglise Sainte Eustache. Emma, Gabriel et Daniel aborde une dame. Je reste à l'écart. J'observe. Elle a 60 ans? 70 ans? Elle est assise sur une valise. Devant elle, un gobelet. "SVP AIDEZ-MOI POUR MANGER". On voit dans son regard de l'émotion devant ces trois jeunes qui lui proposent un café et un morceau de gâteau fabriqué par l'un d'entre eux. Elle s'appelle Maria. Elle va bientôt retourner dans son pays, la Roumanie. Elle pensait s'en sortir ici. Désillusion. Les passants observent! Cela va de l'indifférence à l'étonnement.

    Plus loin, un autre SDF. Il tend un gobelet aux passants. Daniel lui tend une pièce et lui propose un café. Cette fois, impossible de connaître son nom. Il ne parle pas un mot de français. On comprend juste qu'il est de Moldavie. On sent de la détresse dans son visage.

    En poursuivant notre route, nous tombons sur une jeune femme allongée sur des marches comme pour dormir. Marie. Elle a 25 ans? 30 ans? Les jeunes lui proposent un café. Magalie accepte mais n'a pas trop envie de parler. Nous apprenons qu'elle vit dans la rue depuis 6 mois. Elle ne souhaite pas en dire davantage mais boit son café avec plaisir. On a l’impression qu’elle a honte ! Que s'est-il passé dans sa vie pour qu’elle se retrouve dans la rue ?

    Les jeunes repartent avec leurs questions, leurs interrogations. Ils n'ont pas donné beaucoup. Juste un peu de leur temps et de leur sourire. Le regards de ces trois SDF restent gravés dans notre mémoire comme un signal: notre civilisation démocratique n'a donc pas trouvée le moyen de permettre à tous de vivre avec un minimum de dignité. Prendre un peu de temps pour eux, c'est leur rendre un peu cette dignité.

    Merci et bravo aux trois jeunes pour leur courage. C'est un beau témoignage. Une précision pour les parents parfois inquiets de voir leurs enfants s'embarquer dans une maraude: l'adulte accompagnateur n’est jamais loin.

    Frog

  • #16

    Mr Bueno 33 (vendredi, 21 décembre 2012 09:21)

    Je suis JP à Antony, et j’ai participé à la maraude du 16/12/12, du côté des Halles ; c’est une expérience extraordinaire…
    J’ai rencontré 3 SDF, la 1ere était Maria : une vieille dame venue de Roumanie… « Ici _dit-elle difficilement en Français, c’est la belle vie ! » ; réalisez-vous qu’elle dit qu’être SDF à Paris c’est mieux que VIVRE (et j’insiste sur vivre,) en Roumanie, malgré sa famille !!!!! Elle va y être renvoyée cette semaine!
    Quand je pense au pauvre vieux Moldave, qui survit difficilement devant une bouche de métro, c’est pareil : il subsiste en faisant la manche depuis 2 ans !!!
    Quand à cette pauvre femme d’une 30aine d’années, elle est au même endroit depuis l’été, mais l’hiver arrive, et le froid avec lui…
    Je leur souhaite à tous de survivre une année de plus, de tenir une année de plus et de passer un bon noël !!! Quand vous serez devant vos cadeaux pensez à moi, et surtout à eux !!
    Mr Bueno 33.

  • #17

    Lucile (dimanche, 20 janvier 2013 10:56)

    Un samedi après-midi, le 19 janvier 2013, nous étions cinq JP, dont trois CK, a vouloir faire une action concrète, pour rendre service. Sous la houlette de Véronique, nous avons pu nous rendre à Emmaüs, pour les aider. L'une d'entre nous était déjà venu lors des trois jours pour la paix. Elle a donc pu nous expliquer quelques petites choses... Quand nous sommes arrivés, j'ai été impressionné par l'aménagement du local : c'était un véritable magazin, comme toute les grandes surfaces de vêtements, sauf que les habbits n'étaient pas neufs, et leur prix étaient bien plus qu'abordables.
    Les personnes là-bas, les compagnons, étaient très gentils. L'un d'entre eux nous a demander si deux filles voulaient bien aider dans le local, pour la vente, pendant que les trois autres triraient les vêtements vendables des non vendables dans une salle à l'arrière du bâtiment. J'ai été parmis les deux filles à aller aider en boutique, ce qui m'a beaucoup apporté, grâce au contact des gens. J'étais tenue de m'occuper de faire les tickets pour le coin où il y avait des objets d'une plus grande valeur que les autres... C'était vraiment amusant ! Une dame très gentille m'aidait, mais me laissait faire quand même beaucoup de choses.

    Quand ils ont ouvert, les gens se sont précipités dans le local, tout de suite à la recherche des "bonnes affaires", sans doute. Moi qui pensait être plutôt éloignée de ces personnes... Pas du tout ! Certaines étaient très sympatiques, j'ai notamment vu des adolescents, des enfants... Ce qui m'a impressionné, était d'une part l'échelle des prix. Comparé à notre échelle, dans les magazins de grandes surfaces, ou quelque chose à 15€ est une occasion, là, un article à 8€ était une petite folie ! Mais je m'y suis vite habitué. Et d'autre part, c'était la cordialité et la gentillesse dont faisaient preuve les clients. Tous pensaient aux autres, aux gens de leur famille, à leurs amis... Après avoir trouver le nécessaire pour eux, ils flanaient, et dès qu'ils tombaient sur quelque chose qui pourrait plaire à leur tante, ou leur belle-fille, ou leur mère... Il le prenait.

    Les compagnons, et responsables d'Emmaüs, étaient très heureux qu'on leur donne un coup de main. Ils nous ont offert une petite pause goûter, c'était super amical ! Et ensuite, j'ai échangé mon rôle avec Charlotte, je suis parti au trie. C'était notamment très drôle, car on riait tous ensemble, on commentait les vêtements qu'on trouvait. Notre rôle était d'ouvrir les collis, de juger si le vêtement était vendable, ou non, si oui de le mettre sur un cintre, si non, à la poubelle.
    A la fin, nous étions vraiment heureux, et je suis rentré chez moi avec le sourire. Dans la soirée, toutes les images de ce que j'avais vu, des gens que j'avais rencontrés, et de mes camarades avec qui j'ai eu cette expérience ont défilées dans ma tête. J'ai hâte de recommencer, cela m'a énormément apporté !